Voyage

Que savoir sur l’île Mayotte ?

Mayotte, ce petit département français du bout du monde, se développe lentement en termes de tourisme. En fait, pour le moment, ce sont principalement des parents et amis de métropolitains transférés à Mayotte qui viennent visiter l’île. Dans cet article, vous allez savoir sur l’île de Mayotte.

Mayotte : quelles sont les particularités culturelles ?

Certaines Mahoraises portent le musindzano, un masque de pâte parfumée au bois de santal. Ce masque couvre uniformément le visage lorsqu’il est utilisé pour se protéger du soleil, mais il forme des motifs (fleurs, cercles, points) lorsqu’il est utilisé comme ornement dans les cérémonies traditionnelles. Lors de votre séjour à Mayotte, vous pourrez admirer le magnifique costume traditionnel des femmes mahores, les nambawani. Il se compose de deux pièces de tissu, l’une fait office de robe (saluva) et la seconde d’écharpe (kishali), portée sur l’épaule ou sur la tête. Les femmes le portent tous les jours. Alors que les hommes ne portent que leur costume traditionnel, le kofia (chapeau) et le kandzu (robe longue) le vendredi pour se rendre à la mosquée.

Les hommes pour montrer leur virilité, se défient au moringue. Ce sport peut être comparé à la capoeira avec tout de même quelques différences. Aujourd’hui il est peu pratiqué, mais reste encore un jeu pour les Mahorais surtout le soir pendant le Ramadan.

D’ailleurs, sachez que Mayotte se trouve dans l’un des plus beaux lagons du monde.

Mayotte : que manger ?

La cuisine du maire est simple, mais savoureuse. Un plat typique, à déguster absolument, est le troviyanadzi : c’est un ragoût de viande ou de poisson, cuit au lait de coco avec des morceaux de plantain et de manioc. Le plantain et le manioc sont également consommés frits, accompagnés de poulet, de viande de chèvre ou de zébu. Des brochettes de bœuf grillé ou d’ailes de poulet seront idéales pour un déjeuner rapide. À déguster dans les mamas-brochettis. Les poissons fumés sont à essayer (requin, espadon, mérou), ainsi que les crustacés (homards, camarons, crabes). Pour le dessert, vous pouvez essayer le oubou (bouillie de farine de manioc sucrée) ou honorer les fruits tropicaux comme les mangues, les litchis, le corossol, les pommes à la cannelle et les goyaves. Quant aux boissons, essayez le jus de baobab et le jus de trembo (de palmiers ou de cocotiers). Malgré la forte influence de la religion musulmane sur l’île, l’alcool n’est pas interdit, mais il peut parfois être difficile de le trouver.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *